Parcours d'Alumni : Sébastien Dorthu, diplômé Technico Commercial

02 juil. 2020

Pour clôturer l’année académique, HELMo Alumni a rencontré Sébastien Dorthu, diplômé de la section Technico-commerciale en 2007. Passionné par son travail au sein de l’entreprise Enersol, fondée par Samuel Bragard, alumni de HELMo Gramme, il nous raconte son parcours.

Ses études à HELMo. 

Originaire du plateau de Herve, Sébastien termine ses secondaires à St-Jean Berchmans-Ste Marie dans l’option sciences économiques. Fils de parents indépendants, il est en effet, naturellement attiré par les matières liées à l’économie. Son CESS en poche, Sébastien projète de travailler dans l’immobilier. A l’époque, il n’existe pas de Bachelier spécifique et Sébastien se renseigne pour choisir des études qui lui permettront d’accéder à la profession.
Il garde un très bon souvenir de ses années d’études à HELMo et se souvient en particulier du cours de M. Rico-Garcia où il a appris à comprendre les produits techniques ainsi que le cours de vente de Mme Gabriel.

Premières expériences professionnelles
Diplômé, Sébastien suit son idée et est engagé dans une agence immobilière à Spa. Après six mois, il se rend compte que le secteur ne correspond pas à l’image qu’il en avait. De plus, le marché est déjà très fermé. Déçu, Sébastien décide de changer d’orientation.

Grâce au diplôme, d’autres portes s’ouvrent à lui. Les technico-commerciaux sont en effet très recherchés sur le marché de l’emploi. « Je me cherchais aussi", précise Sébastien. "Ma première expérience en agence immobilière fut un retour à la réalité sur des idées que je me faisais ».

En 2008, Sébastien est embauché comme technico commercial dans une entreprise spécialisée dans les traitements de sol et les produits d’entretien. Il ne s’y sent pas à sa place et quelques mois plus tard, il décide de quitter l entreprise.avec-pc.jpg

Son entrée chez Enersol
En 2009, après quelques entretiens d’embauche, Sébastien pousse la porte de chez Enersol  (l’entreprise est située à 2 pas de chez lui) , il donne son cv et s’entretient avec le patron, Samuel Bragard (Alumni de HELMo Gramme). Sébastien est de la même génération que Samuel et le feeling passe tout de suite. Il est embauché pour développer le secteur des entreprises d’abord, vers celui des particuliers ensuite car la demande y est très forte. Aujourd’hui, il s’occupe à nouveau de la relation avec les entreprises.

Sébastien apprécie particulièrement le management de l’entreprise. « Depuis le début, on me fait confiance et je participe à l’évolution d’Enersol*. De 15 employés au début, nous sommes à présent plus de 90 et le CA est passé de 3 millions à 25 millions ». Une belle réussite pour cette entreprise wallonne qui a su sortir son épingle du jeu.

« En fait, mon choix d’études m’a emmené où je ne pensais pas. Je m’y sens épanoui, en accord avec les valeurs que la société porte… La vie fait bien les choses, en fait », affirme-t-il. « Chez Enersol, au-delà de la rentabilité, on vise la qualité et l’innovation. C’est passionnant », ajoute-t-il. maison.jpg

Bosseur, Sébastien s’investit dans l’entreprise, avec passion. Il travaille en binôme avec un ingénieur et sert d’intermédiaire entre le client et le bureau d'étude. Son point fort : la compréhension des besoins du client et ses connaissances techniques. « Ma formation en TC m’a appris à apprendre et à poser les bonnes questions », précise-t-il. Convaincu par le produit qu’il propose, Sébastien aime trouver la solution la plus adaptée à chaque client. « Quand un client decide de travailler avec moi, c’est une relation de partenariat qui s’installe », précise-t-il. Impliqué, il suit le chantier et reste l’intermédiaire.

Du temps pour sa famille.

Aujourd’hui, Sébastien se sent épanoui professionnellement. Bon vivant et sportif (il a joué plus de 20 ans au handball en D1 à Visé), il explique qu’au fil du temps, son échelle de priorité évolue. Les amis ont beaucoup d’importance ; la maison qu’il a construit avec plaisir lui a pris beaucoup de temps ces trois dernières années. Et si son travail reste central, à présent, sa famille est primordiale.

famille.jpgAu niveau privé, passionné par la construction il a construit sa maison pour y accueillir sa femme et ses 3 enfants. Optimiste, il a pris le temps de se recentrer durant la crise du Covid19. S’il s’est rendu compte de l’importance de traiter avec le client, en face à face pour garder un vrai contact humain. Il s’est aussi consacré à sa famille. La petite dernière est arrivée en pleine épidémie, il y a deux mois.

La vision moderne du management chez Enersol lui permet de prendre un congé parental pour 2 mois, qu’il compte bien savourer.


Un conseil à donner aux jeunes ? 
"J'espère être encore un peu jeune pour donner des conseils mais j'ai fais une constatation…  Un des meilleurs choix que j'ai pris est d'avoir choisi technico-commercial comme formation car je ne connais pas beaucoup de formation aussi courte qui donne accès à un métier avec autant d'avantages, d'opportunites et de possibilités. Grâce à mon métier, j'ai construit une vie. 
 
Un conseil pour la route : si tu as l'impression de galérer quand tu finis tes études, c'est normal ! Accroche-toi, le succès n'en sera que plus grand !"


 

*Enersol, une entreprise à taille humaine
L’entreprise a su s’adapter aux contraintes du marché et se diversifie. Leader du panneau solaire, l’entreprise dirigée par un passionné d’écologie, a investi dans d’autres produits comme les bornes de recharge, les batteries et bientôt l’éolien. La première éolienne sera en effet inaugurée au siège de l’entreprise à l’occasion de leurs 15 ans, en septembre. Elle servira entre autre à recharger la flotte de véhicule de l’entreprise (80 % des véhicules sont en effet électriques)…
 
L’équipe d’Enersol est jeune et dynamique. Tous les travailleurs ont entre 25 et 35 ans. Chacun est impliqué dans des projets collectifs parallèles pour créer du lien. Des heures de travail sont consacrées à ces projets. Ainsi, certains s’occupent des abeilles d’Enersol pendant que d’autres soignent les poules. Des employés vont aménager un terrain de pétanque alors que d’autres organisent des tournois sportifs. « Au final, tout le monde se connaît et ça crée un bel esprit de famille », conclut-il.
 

Autres communications