• S'inscrire
  • Se connecter
  • Parcours d'Alumni : Thomas Cauwenberghs

    03 oct. 2018

    Rentrée sportive pour HELMo Alumni. Ce mois-ci, nous rencontrons Thomas Cauwenberghs, diplômé de HELMo Loncin. Accessible, c’est avec sympathie qu’il partage son parcours et nous raconte comment il est devenu joueur professionnel de handball. 
     

    Ses débuts sportifs
    C’est à l’âge de 6 ans que Thomas débute le handball par hasard. Des stages sont organisés dans sa commune, à Flémalle. Son frère et lui s’y inscrivent. Il n’accroche pas directement mais son frère le pousse à continuer. Il acquiert assez vite un bon niveau et sa particularité de gaucher le rend attractif pour les meilleurs clubs belges. Il y joue en tant qu’amateur car le handball n’offre pas de perspectives en Belgique au niveau professionnel.


    Comment il allie sport et étude ?

    Parallèlement, il suit sa scolarité en secondaire dans l’option sciences puis s’inscrit à Huy dans des études d’ingénieur en agronomie. Il tente sa première année à trois reprises puis jette l’éponge et décide de travailler dans une entreprise de parc et jardin durant un an. Cela lui permet de continuer à jouer au handball à haut niveau et il intègre l’équipe nationale en 2006. A cette époque, il rencontre aussi sa compagne. Elle suit une formation en éducation physique et son entourage l’encourage à reprendre des études sportives. Il s’oriente alors vers HELMo Loncin, dont on lui avait déjà parlé. Pour être accepté, il rédige un courrier de motivation et un déclic s’opère en lui. Il est accueilli par Dany Closset, la directrice de l’école. Les enseignants connaissent sa situation au niveau sportif et l’aident à combiner sa vie d’étudiant et de sportif. L’esprit familial de l’école lui convient particulièrement. Accompagné par Véronique Brisy et Simon Moors durant son cursus, il s’épanouit à Loncin et évolue dans un environnement qu’il considère privilégié. 

    Diplômé sans encombre en 2010, il n’enseigne pas l’éducation physique mais décide de travailler en tant que délégué médical dans le secteur pharmaceutique, pour un ami qui connaît bien le milieu du handball.

    Du rêve à la réalité. 
    Approché en 2012 par un club français, il reçoit une proposition pour devenir joueur professionnel. Son boss le pousse à accepter et Thomas part pour la France. Là-bas, la politique pour le sport est beaucoup plus développée qu’en Belgique et les clubs français ont un niveau supérieur à la Belgique; l’équipe nationale française compte parmi les meilleures équipes mondiales. Thomas peut enfin vivre de sa passion, alors qu’il ne s’y attendait plus (Thomas est alors âgé de 27 ans). Après Anger, Mulhouse et Ivry, c’est aujourd’hui à Sélestat que Thomas évolue.

    Une semaine type.
    Actuellement, papa d’un petit Luc de 20 mois et bientôt d’un deuxième, Thomas organise sa semaine en veillant à son équilibre et à sa santé. « Le sport de haut niveau est exigeant et intensif, si tu veux rester dans le coup, tu dois faire attention à ce que tu manges et à ton sommeil ». Quatre à cinq heures d’entraînement par jour, une sieste quotidienne, un match le vendredi soir, et du repos en famille le we, c’est le rythme qu’il suit depuis 6 ans.

    S’il a quitté l’équipe nationale belge l’an dernier, Thomas espère encore jouer durant 2 ans pour Sélestat.

    Ses projets ? 
    Thomas essaie de ne pas se prendre la tête sur « l’après ». Certes, il anticipe en suivant une formation d’entraineur mais il compte bien profiter à fond de l’instant présent et des années qui lui restent à vivre en tant que joueur.

    Il se dit souvent « Vis tes rêves, donne-toi les moyens d’y arriver »… Cela pourrait être également le conseil qu’il partagerait avec les jeunes.

    On lui souhaite plein succès pour les années à venir …

     


    Autres communications

    Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.